Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 22:17

Je ne suis pas entrée dans mon salon depuis un an. J'y passe parfois; pour nettoyer un peu après le passage de mon fils et de ses copains l'hiver. Quand ils ne peuvent pas aller au jardin. Après ces passages, il est dévasté.

Je ne reçois pas, ou peu. On m'a trop jugée sur des états de ménage, du linge qui traînait, après avoir bien mangé ou confié ses enfants.

 

Mon salon est joli. Il est rose,  et je le meuble et le décore de façon bohème, avec des objets anciens ou niuveau. Façon bohème, comme mon appartement, et moi.

 

 Jre suis sociable; jaime les gens et suis souvent déçue par eux, mais j'y crois toujours. Petit à petit, déçue, meutrie, humiliée, mais parfois encore surprise, j'affine mes relations. Parfois, je dois affiner encore. Alors je me replie dans une grotte qui est la mienne, mon monde de fantasmes, de jardins secrets, où les questions sont multiples et les réponses multiples, parfois censées ou irréalistes. Voyager dans ces mondes me prend du temps.

 

Ma vie est simple, travail, choses quiotidiennes, solitude qui me colle à la peau, (je crois que je la choisis) .

 

Maais travail qui est riche de rapports avec les gens, solitude dont j'ai besoin car mon monde a besoin de mes délires

intérieurs.

 

Autrement, je vis, je voyage. Tous les jours, et quand je pars,dans un pays qui m'attire depuis toujours, le Maroc. Je quitte ma vie quotididienne et son rythme particulier pour vivre des émotions intenses.

 

Je pense réaménager mon salon, qui doit être ouvert à mes amis. Et à mon mari.

 

Depuis un an, ma vie est fragmentée entre ma mère qui a du entrer en maison de retraite en raison de sa maladie (Alzeihmer), mon amour, ma vie, mes enfants, ma vie......

 

mai-142.jpg

Published by txita - dans petits bonheurs
commenter cet article
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 22:21

J'avais rendez-vous à El Jadida, Maroc, au mois d'août avec mon amour, rencontré 2 mois plus tôt, en mai. Depuis, nous avions beaucoup communiqué, par skype et facebook. J'avais une page perso pour lui chaque jour.

Nous nous sommes un peu découverts: nos goûts, nos rêves, nos vies, le tout en calque; que nous avons enlevé quand nous nous sommes enfin réunis pour 17 jurs ensemble au mois d'aout.

 

Rendez-vous à l'aéroport de Casablanca, où mon amie l'avait conduit. Arrivée: personne. Je m'aventure sur le parking, et le vois, une rose à la main.

 

Emotion. On se serre légèrement dans les bras (lois marocaines obligent) et mon amie me dit qu'elle a besoin de se précipiter aux chiottes, cause de figues empoisonnées.

Nous repassons les barrages de douane, je sors les lingettes, les hommes attendent dans le couloir, mon chéri avec la rose et les bagages.

 

Nous arrivons à El Jadida, ville près de l'Atlantique, et prenons possession de notre nid d'amour. Les salles de bains ne sont pas sécurisées, là bas, ça coule de partout et pour les utiliser, il est nécessaire d'utiliser d'jorribles sandales en plastique. Bref, je me suis étalée sur le sol et ai eu une fesse bleue pendant 2 semaines.

 

Je suis arrivée en conquérante avec mon goût pour la cuisine " je vais te faire des petits plats". Au bout de 3 plats que je croyais être des tajines, il m'a demandé de lâcher l'affaire. On croit parfois tout savoit; je mélange bien les épices, je fais revenir les mets. Il y a des règles autres, où l'on cuit à la vapeur et mélange moins les épices. Il faut juste doser, observer, s'adapter.

Il les a faits, pour moi.

 

Et le tajine a été électrique, un bon nivrau, celui qui équilibre. Tout est connexion, électricité.

Published by txita - dans petits bonheurs
commenter cet article
3 août 2013 6 03 /08 /août /2013 16:51

Quand j'ai lu l'article concernant cet espagnol gracié après avoir commis 11 viols sur des enfants âgés de 2 à 11 mois, j'ai eu comme un électrochoc. Comment un homme peut il avoir du désir pour un bébé? Un enfant? Comment peut il détruire sa vie pour un simple instinct?

 

Envie de vomir, de me battre, d'aller leur casser la gueule.

 

Quand j'étais bébé, mon père a abusé de mo; et a essayé, quand j'étais ado, de m'amener partouzer dans une boîte échangiste.

 

 Entre temps, j'ai été traumatisée, parquée  2 ans dans un centre pour enfants malades, où j'ai été victime d'attouchements, puis mise en pension dans une école de bonnes soeur.

J'ai accueilli son fils adoptif qui a frappé mes enfants, l'ai soutenu dans son cancer du pancréas. Il a tout perdu, s'est fait pluer par sa femme.

link

Il a cramé ma vie, et surement celle d'autres personnes.

Alors que les violeurs d'enfants crèvent de suite!

Published by txita - dans coup de gueule
commenter cet article
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 16:20

Help! Disais-je, en commençant ce blog; je ne me rappele ni comment ,ni pouquoi j'ai commencé à écrire ce journal internet. J'écris beaucoup, j'ai des cahiers partout, des écrits sur ordi, mais sur le net, non.

J'ai honte de me dévoiler, c'est assez difficile de dévoiler sa vie et ses émotions aux autres: de plus, je le fais de façon brutale, d'un premier jet. Je ne me soucie pâs de mon taux de notoriété, j'espère même que peu de gens me liront.

 

C'est comme un exercice de confiance en moi. Alors quand des gens comme Leslie, Betty, et plein d'autres m'ont poussée, que j'ai pu publier sur twitter, car ça me semble plus anonyme que facebook! Je distille......

 

Je me rapellerai toujours de Ttirrit, lors d'un barbecue dans le jardin de Prax, me regardant méchamment et me faisant promettre de ne plus jamais effacer mes textes le lendema00 en brouillonnin, en m'affirmant que ce que j'écrivais était important....Excusde moi, j'ai effacé un texte, j'en ai plus de 100 en brouillon.....Et je suis contente que l'on ait pensé l'un à l'autre ces 2 dernières années!

 

Alors, quand j'ai commencé ce blog, je me suis intéressée aux blogs locaux, et j'ai remarqué celui du carnet bayonnais.

J'ai commencé à lire les blogs des uns et des autres, "crudités et fleurs bleues", "barnaltedik", , "je hais le preintemps", "le plébéien bleu", et j'ai su qu'ils se réunissaient une fois par mois à l'Atalante. Prax m'a invitée à une rencontre, j'y suis allée, toute timide, et là, ça va; ça vient, on se voit ou pas, mais l'amitié reste, et moi, je suis revenue dans la société.....

Published by txita - dans txitadebayonne
commenter cet article
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 15:08

Il me faudrait des pages et des pages pour décrire ce que j'ai vécu pendant 2 ans, pendant lesquels j'ai perdu à peu près tout, mes enfant,s, ma famille, mon travail, ma maison. Enfin, presque. J'avais une soupape de sécurité, et j'ai réussi à tout garder mais au bout d'une lutte dont je suis (heureusement ) coutumière et à l'aide d'un ami extérieur et d'une infirmière comportementaliste.

 

J'ai repensé à lui en revenant du supermarché voisin à pied.

 

Le matin, dès 7h, il réclamait sa dose d'alcool, j'attendais 9 heures pour aller lui acheter ce qu'il appelait "une touque", 5 litres de vin infâme consitionn dans un semblant de tonneau en plastique, facturé 5 euros. Il soulevait régulièrement le récipient pour en jauger le contenant et m'envoyer en chercher une autre quand le niveau baissait.

Evidemment, nous n'avions plus de voiture. Ni de mobilier. 2 fauteuils, une table basse et une télé, un matelas pour dormir.

Un décor dont nous bougions rarement, car dès que nous faisions un pas dehors, monsieur faisait ce qu'il appelait un malaise vagal, s'écroulait. Une fois l'ambulance arrivée, il demandait à faire sonner les sirènes et rigolait.

 

Il me portait aux nues, m'aimait plus que tout, puis me dénigrait, insultait ma famille, m'en coupait.

 

Il était très intelligent, plein d'humour.

Ce qui m'avait attirée chez lui était son côté droit. J'étais dans une passe difficile à ce moment là, harcelée par un collègue, seule avec des enfants qui vivaient des situations difficiles. Il m'a assuré de son soutien.

 

Il s'est empressé de s'installer chez moi. Et là, j'ai vu qu'il fuyait les huissiers, était endetté.

Il a vite commencé à me taper et me maltraiter devant mes enfants, qui ont porté plainte et sont partis.

 

Personne n'a compris que je ne le quitte pas de suite.

Mon frère me le reproche toujours.

 

Je n'ai pas compris non plus, je ne l'ai pas voulu, car j'avais peur et que j'étais trop faible. (j'avais pourtant le livre de Marie-France Hirigoyen, donné par le seul ami qui me restait, un ex manipulateur, donc je ne l'ai pas lu. J'ai fait une grosse dépression et ai fait de nombreux séjours à l'hoptal. Il venait m'y voir déguisé avec un peignoir blanc, disant qu'il était docteur (il n'avait pas le droit de me voir).

Bi polaire et pervers manipulateur, il m'avait prise dans sa toile, comme il en avait pris une autre avant. La pauvre ne s'en est pas remise.

 

Ces deux ans ont été un enfer, ils me paraissent une éternité, alors que les années passées depuis me semblent courtes.

 

C'est l'un de ses délires qui m'a permis de couper court: il voulait m'offrir à un autre homme, a cherché et est tombé sur un homme qui a vite vu la situation et m'a kidnappée en week-end et m'a déconditionnée, comme cela se fait quand l'on sort d'une secte.

 

Voilà! Je suis allée à pied à Lidl, quoi.....Après avoir lu un article sur kristina qui parlait du fait que Cantat lui tapait dessus et qui expliquait son témoignage envers lui par un "j'avais peur". J'aurais pu me suicider aussi.

Mon affaire est arrivée en même temps que celle de Marie Trintignant, et, faisant le parallèle, il me disait qu'il n'était pas dans ce cas et me donnait encore plus de coups.

 

Depuis que je l'ai viré, je vais mieux, mais je me suis dit que je me méfierai de l'amour, et je suis retombée amoureuse, ça a duré 2 ans aussi, un amour à distance. Là, pas assez de nouvelles et une rupture sans en être, juste un blocage de facebook et aucune explication.

2 ans de merde de plus, alorss franchement......je ne sais pas si j'arriverai à réparer mon coeur brisé.....link

Published by txita - dans txitadebayonne
commenter cet article
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 21:54

 

 

P1040446_JTMPc483.JPG

 

P1040447-copie-2.JPG

P1040443_JTMP930a.JPG

 

Ce petit jardin n'était rien, même pas mentionné sans l'annonce, quand j'ai acquis cet appartement il y a 15 ans. "C'est un carré au premier étage et vous avez le fond du jardin et des cabanons". L'agent immobilier était mauvais, et je crois qu'il l'est toujours. La rue, perdue entre le quartier Saint-Esprit et la Zup, était quasiment morte, habitée par de vieilles personnes et entourée de terrains vagues. Pas un bon produit, à priori. Mes enfants, habitués à la vie bayonnaise, aus discussions jusqu'au crépuscule dans la rue, n'avaient jamais adhéré.Après 4 ans dans une résidence au Pard d'Hiver à Biarritz, (divorce et solution d'urgence) où nous n'avions rencontré personne,ont dit oui immédiatement. Pourtant, nous en avions visité des apparts! Personnellement, j'avais une envie lointaine de vivre là. Nous allions souvent à la clinique st Etienne pour mes problèmes de santé - mes reins-; nous passions le pont de fer, avec ce petit dénivellé qui faisait sauter la voiture, nous passions devant la prison, et il y avait cette rue, toute calme, avec, en haut de la côte, cette maison envahie de lierre. Je m'étais dit que j'allais habiter là un jour.

 

Alors quand mes fils ont visité et ont aimé, j'ai signé.

L'appart est au premier, le jardin est loin....

 

Et j'ai déchiré le vieux grillage, mis une petite étagère près du mur pour que les enfants puissent aller jouer à la pelute sur la place libre, jouxtant le terrain et pour que Iban puisse aller à l'école par le petit chemin.

J'ai planté des rosiers, ai tondu l'herbe, et nous y avons fait des fêtes maimorables, le jardin se transforant en discothèque inter générationnelle.

 

Et puis il y a eu les hommes, ma sensibilité, ma générosité, qui a mis de mauvaises herbes dans ce jardin.

Ma petite mort. Le carré d'appart vide et tombant en ruine, tout comme moi.

 

La maladie, le négatif. La jungle.

 

La renaissance, petit à petit, et Iban reprenant le jardin, une année, ne pouvant plus le suivre ensuite.

Et; l'année dernière, un copain à lui, en manque de jardin, a proposé d'y faire son potager.

Une nuvelle vie s'est instaurée, Florian étant guide et adepte du recyclage. Jardin un poil féérique, conversations et grillades  le soir et le dimanche. Le jardin st devenu un concept.

Florian a trouvé un autre jardin, mais est toujours attaché ç celui ci, Iban et Jim ont repris la main, ont planté du gazon avec marguerrites et coqulicots, ont rapporté des pierres de la montagne pour l'allée et ont vidé les cabanons de trucs inutiles qui pourrissaient et m'emcombraient, et que je n'avais pas le courage de trier.

Les cabanons vont servir d'arelier pour les planches en bois (local) de Jim.

Depuis mon achat, la rue est devenue très recherchée, des immeubles poussent, mais chez nous, c'est toujours un havre de paix: j'y ai planté une vigne, Iban va y mettre un cerisier.

 

Et quand nous y sommes, c'est toujours un moment de grâce.


 

 

 

Published by txita - dans petits bonheurs
commenter cet article
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 22:39

Hakim a la générosité et k'humour en lui. L'amour des gens. Je ne connaissais pas son travail avant de le rencontrerr mais il m'avait déjà touchée via ses publications sur facebook, et, par la suiten dans son engagement dans son parrainage pour l'association Euskal Herria Morocco. J'ai eu le plaisir de le rencontrer, et le dialogue a été riche.

Les films de Hakim sont censurés, plus ou moins, et ce n'est pas normal, il représente une bone partie des marocains, qui n'ont pas leur mot à dire! Penchez vous un peu sur sa filmographue, il y a tout, philosphie et humour:

 

http://www.maghress.com/fr/albayane/115763link

P1020730_JTMP22ac.JPG

Published by txita - dans txitadebayonne
commenter cet article
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 20:56

Le physique des hommes m'a toujours peu impoté. Je suis séduite par le charme, l'intelligence, ce qui se dégage d'un homme.   J'ai vécu avec des hommes beaux, l'un m'a donné de superbes enfants. J'ai eu des aventures avec d'autres, dont des beaux. J'ai été avec des tout cassés, mais qui étaient superbes au lit, attentifs, fabuleux. D'autres, jeunes et timides, respectueux, parfois trop.

Parfois, quadn j'en ai vu certains, Ie me sui dit "Il est trorp moche, il n'en est pas question", et je me suis retrouvée vacillante sous des caresses maîtresses.

 

J'ai trouvé la perle rare, celle avec qui je me  sens bien, qui me fait vibrer, avec qui j(ai plein de points en commun. Mais elle est loin. Et, du jour au lendemain, m'a zappée, sans me donner d'explication.

 

Je suis tombée ce matin sur un article concernant Montaigne: Chauve, velu, petit, il jouissait de la vie au temps présent et avait de nombreuses maîtresses.

Mon Apollon n'avait qu'une envie, se payer le fantasme d'une franaise.  Beau affuté, connu, mais d'un certain âge et célibataire, il m'a fait croire qu'il m'aimait, s'est payé quelques fantasmes et quand je lui ai dit que j'étais amoureuse, a lâché l'affaire.

 

Vieux beau, connu, c'est sur qu'il a le profil du mec vers lequel on plonge bêtement. Bien fourni à tous les niveaux, mais qui ne donne que ce qu'il a, du néant.a65f623366346f09453ce404e925bfa2.jpg

Published by txita - dans txitadebayonne
commenter cet article
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 20:46

Franchement, j'aimerais que les anniversaires n'existent pas, je me sens éternellement jeune, malgré mon parcours qui aurait me rendre malade à vie. J'ai toujours eu l'espoir et la volonté, malgré une hyper-sensibilité et un passé douc amer.

Le lendemain a été un peu difficile, car les rapports famille ne sont pas toujours simples. Une journée dans la solitude ensuite, solitude peuplée par des mesages gentils  sur facebook; et auquels j'ai répondu, avec une certaine chaleur dans le coeur.

J'ai 49 ans, ma m-èe me dit que je ne fais pas mon âge, mais que je dois vite trouver un mec. Je me sens bien comme je suis. QSi je dois retrouver l'amour, je ne m'e,gaferai pas à la légère: j'aime ma vie, j'ai un boulot, 2 fils super, un appart, un jardin géré par des jeunes, des passions, des projets......On m'a souhaité un bon anniversaire sur facebook.J'ai beaucoup évolué  et rencontré des gens essentiels par ce biais. Ce matin, c'était plus calme, j'ai eu des boulets, gens ne comprenant rien cvar ils ne se donnent pas la peine, nous traitant comme des sous-fifres, SDF puants et irrespectueux,

-Un repas légumes, en  espéraant que l'estomac brouillé va tenir une aprem.

 

Recevoir les voeux des collègues 'Tu as les 50 ou  pas"?  et se taper une heure durant la vboulettte qui en remet cent couches à coup de "madame, pouvez cous m'aider" et que mes habitués sentent faux cul.

 

Mais il y a l'aprem, et tous ces jeunes qui vieillissent aussi, et viennent nous annoncer un CDI, une naissance, ou viennent avec leurs enfants. Ceux qui arrivent avec des idées et des sourires, et avec qui on trouve des idées, des repaires où ils pourront s'exprimer. Alors là je me dis que je ne suis pas animatrice justa par mon diplôme, que je le suis par mon action. Je n'arrrive. Et que c'est le sens de ùa vie que de connecter.

Boulets obligés, habitués également. Le tout est de tout gérer, mais quand l'on fait de l'acceuil, on a beaucoup à prendre sur soi, et on a sa vie personnele à gérer ensuirz, ze ce n'est pas toujours simple.

 

L(avantage de l'âge est que l'on a une meileure expérience, si l'on sait en prendre conscience, et que l'on peut agir au plus près du besoin. Tout en sachant que l'on ne sait rien et que l'on apprend tous les jours de chaque expérience.314735_10200497626822850_1585107299_ntout-commence.jpg

Published by txita
commenter cet article
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 22:06

 

Quelle était la maison qui allait gagner? Le championnar de boudin allait réunir amateurss et professionnles. Tous s'y préparaient depuis des mois, explorant des têtes de cochon, y mettant plus ou moins de piment d'Espelette et d'ingrédients secrets.

Ma copine P...... , maîtresse femme à la tête d'une conserverie dans les Landes, , a beaucoup travaillé pour faire partie des participants.

 

Malheureusement, elle est landaise et ne peut concourir.

 

Elle a a lors envisagé de dicorcer pour l'édiition de 2014, d'pouser l'organiteur, et de divorcer de suite. Et de participer au championnat, car son boudin est top.

 

Bixente a essayé de l'introduire, mais rien à faire.....

Elle a pensé se mettre en couple avec moi, mais j'ai refusé, elle aime le boudin hâché gros et non pimenté, et moi , le contraire.....

 

Alors on a participé au championnart, gouté, bu. Apéro raisonnable, journée pas raonnable. Nous sommes sortis de tabl

 

e à 19h30 et avons ri, et re-ri, tout ce qui fait qu'une semaine commence bien après un week-end entre amis!

 

Certains chefs ont beaucop d'humour et ne se prennenet pas la tête!

P1050978.JPG

Published by txita - dans petits bonheurs
commenter cet article